Quand plus rien ne va : la santé mentale des étudiantes et des étudiants en déclin

Dernière mise à jour : 15 mai

Je ne vous apprends rien aujourd’hui en vous disant que la pandémie a eu de nombreux impacts dans notre société. Nous vivons cette situation depuis maintenant un an et en tant qu’étudiante je ne peux que m’inquiéter pour le bien-être et pour la santé mentale des jeunes adultes qui sont actuellement aux études.


Quelques statistiques


Un sondage réalisé par la firme Léger au printemps 2020 démontre qu’un jeune adulte sur cinq considère son état de santé mentale comme passable ou mauvais. Cette proportion est supérieure à l’ensemble de la population et m’oblige à réfléchir à la situation actuelle. Un sondage plus récent (septembre 2020) exprime que 46 % des jeunes montréalaises et montréalais disent subir des symptômes qui s’apparentent à ceux de l’anxiété généralisée et la dépression majeure. Les étudiantes et les étudiants ont dû apprendre une méthode d’apprentissage complètement nouvelle en plus d’être complètement coupés de leur réseau social. D’autres facteurs se sont en plus ajoutés au stress extrêmement présent au cours de la pandémie : problème financier, hausse du prix des logements, perte d’emploi, travail en milieux essentiels, etc. Il faut voir la réalité : nous avons tous les facteurs pour voir notre santé mentale décliner.


D’ailleurs, la motivation des étudiantes et des étudiants est à la baisse. Il est plus difficile de trouver de la motivation chez soi que sur un campus grouillant de gens avec le même but que toi : apprendre et décrocher son diplôme. Nous sommes découragé.e.s, épuisé.e.s et en colère. Alors comment on fait pour s’en sortir?


Ma propre situation


Je peux tout simplement me prendre en exemple. Durant toute la session d’automne, je trouvais difficile de bien m’organiser. Je vivais un niveau d’anxiété extrême en plus d’être très fatiguée et de me sentir isolé. Je voyais presque mon bureau comme une prison. J’y passais des heures, de très tôt le matin, jusqu’à très tard le soir. Le confinement et l’inexistence d’une vie sociale rendaient le tout encore plus difficile. On va se l’avouer, l’humain est une créature sociale. Nous avons besoin de voir des gens, de socialiser, de s’amuser et de discuter. Je peux vous garantir que les quatre murs de mon bureau commençaient à me rendre folle. Je me suis rendu compte que les petites choses simples de la vie devenaient alors un vrai moment de bonheur pour moi et que ça me permettait de relaxer : aller à l’épicerie, marcher, faire une promenade en voiture, parler à mes grands-parents au téléphone, etc.

Quoi faire?


Je crois vraiment que c’est ce qui est important pour toutes les étudiantes et tous les étudiants en ce temps de pandémie : laisser son ordi de côté, oublier les travaux et les études et prendre le temps de respirer, de faire autre chose au moins une fois dans la journée. Appelez vos ami.e.s, vos proches. Ce n’est pas la même chose que de les voir, mais vous pourrez au moins leur parler. Prenez le temps de sortir dehors, respirer et de juste penser à autre chose que votre travail à remettre lundi. La pandémie va se terminer un jour, mais entre temps, prenez du temps pour vous et surtout n’hésitez pas à en parler lorsque tout va mal et à aller chercher l’aide qu’il vous faut.


Chers étudiants et chères étudiantes, vous n’êtes pas seul.e.s. On est toutes et tous dans le même bateau et ensemble, on va franchir la tempête.


Maude Tremblay, étudiante au baccalauréat en psychoéducation à l’Université Laval


Une ressource qui peut vous aider : le podcast fondaMENTALE


Dans le cadre du cours Intervention en santé mentale, mes collègues et moi avions l’opportunité de créer une initiative visant à briser l’isolement des étudiantes et des étudiants et ainsi, à favoriser une meilleure santé mentale. Nous avons donc créé le podcast fondaMENTALE, un podcast lors duquel on aborde différents sujets en lien avec la santé mentale avec des invité.e.s expert.e.s, des témoignages, etc. Le podcast est disponible sur Spotify et Balados. Bonne écoute!


Facebook | Instagram | Spotify | Balados

89 vues0 commentaire