On a besoin d'alliés

Dernière mise à jour : 15 mai

Tout au long du mois d’avril, Le Porte-Voix attire l'attention sur Maison Hina et sur la violence faite aux femmes. Pour faire un don, CLIQUEZ ICI.


Avertissement de contenu : violence à caractère sexuel


J’ai besoin d’alliés. J’ai besoin d’hommes qui prennent le temps d’éduquer leurs fils, leurs frères, leurs amis, leurs collègues. J’ai besoin d’hommes qui comprennent que nous ne pouvons pas tout faire toutes seules.


97% des femmes


Il y a quelques semaines (mars 2021), un sondage sorti au Royaume-Uni révélait que seulement 3% des femmes âgées de 18 à 24 ans n’ont jamais vécu de harcèlement sexuel. On peut débattre de l’échantillon autant qu’on veut, mais personnellement, j’ai été surprise par ces statistiques: je croyais que c’était 100%. Je ne connais aucune femme qui n’ait pas été victime de harcèlement sexuel au moins une fois dans sa vie. Je ne peux même pas compter le nombre de fois que ça m’est arrivé.


J’ai parlé de mon expérience de « catcalling » sur Tik Tok. Je crois que les hommes qui sont choqués du 97% ne comprennent pas que plusieurs « petits » comportements constituent du harcèlement sexuel. Et nous avons besoin de votre aide pour qu’ils cessent tous.


Le « catcalling »


Le « catcalling » consiste à aborder une personne dans l’espace public (comme dans la rue) et de manière non sollicitée avec des commentaires à charge sexuelle (des sifflements, des klaxons, etc.).


Juste dans les trois dernières semaines, j’ai été « catcalled » trois fois. Une fois par un homme qui m’a sifflée alors je marchais, à un autre moment par un homme qui m’a dit « t’as des belles fesses » alors que je le dépassais et la dernière fois par un homme dans son auto qui m’a crié « I’d hit that » (je te fourrerais) hors de sa fenêtre alors que je marchais sur le trottoir.


Ces commentaires peuvent sembler comme un rien, comme « anodins », mais ils ne sont pas « anodins » pour moi. Ces commentaires rendent la plupart des femmes inconfortables et nous font souvent même peur. Nous savons que notre réaction peut inciter à la violence.


À chaque fois qu’une femme parle de son expérience de harcèlement sexuel, le gang de #notallmen se pointe. Je n’en suis même plus surprise, mais ce qui m’a vraiment frappé comme une tonne de briques, ce fut le nombre d’hommes qui continuent de prétendre que les femmes disent n’importe quoi. Voici quelques-uns de mes commentaires préférés :



Non seulement ces commentaires démontrent qu’encore trop d’hommes croient que le « catcalling » n’est pas du harcèlement sexuel, mais ils disent aux femmes que leurs expériences et leurs sentiments ne sont pas valides et qu’elles ne devraient pas se sentir comme cela. Ceci est ce qu’on appelle du « gaslighting ».


Le « gaslighting » est de l’abus psychologique où une personne te fait douter de ta réalité, de tes expériences, de tes sentiments, de tes souvenirs et de ta santé mentale.


Lorsque les hommes nous accusent d’exagérer ou de mentir au lieu de nous écouter et de nous croire, ils nous font douter de notre perception de nos expériences. On se demande si l’on s’est réellement senti inconfortable par ces commentaires inappropriés. On se demande si l’on est trop sensibles et si c’est normal d’avoir ce genre de commentaires non sollicités.


Je ne sais pas qui a besoin d’entre ceci, mais : non, tu n’exagères pas ; tes sentiments sont valides ; ce n’est pas toi le problème.


C’est ici que je demande aux hommes de faire mieux.


Non, je ne vais pas adoucir mes mots et préciser que ce n’est pas tous les hommes auxquels je m’adresse. Je m’adresse à tous les hommes. Au lieu de te fâcher parce que techniquement ce n’est pas tous les hommes, fâche-toi parce que c’est presque toutes les femmes. Même si tu n’as jamais personnellement eu ce genre de comportement, as-tu des amis, des frères, des collègues qui le font ? As-tu pris la peine de leur dire que ce n’est pas acceptable ? As-tu pris de ton temps et de ton énergie pour essayer d’améliorer les choses pour les femmes ?


Ce n’est pas seulement la responsabilité des femmes de se battre pour ce genre de cause. Nous avons besoin de votre aide.


Lorsque j’ai partagé mes expériences sur Tik Tok, les commentaires m’ont beaucoup affectée. Partager ces expériences et être rencontrée par des hommes qui me disent que je suis folle, ça m’a fait énormément de mal. Plus de mal que je ne le pensais.


Je me suis demandé pourquoi. Ce n’est certainement pas la première fois que je publie une vidéo qui reçoit des commentaires de ce genre. J’ai réalisé que par le passé, mes vidéos qui ont reçu ce genre de réaction furent sur des sujets comme le racisme et l’islamophobie. Ces commentaires n’ont pas eu le même impact sur moi parce que les sujets ne m’affectaient pas personnellement en tant que femme blanche.


Je crois que c’est pour cela qu’il est d’autant plus important d’aider à se battre pour des causes qui ne nous affectent pas directement.


Le poids d’éduquer est super lourd et il l’est encore plus pour ceux qui vivent ces expériences quotidiennement. Les femmes ont besoin du support des hommes. Les personnes noires, autochtones et de couleur ont besoin du support des personnes blanches. Les personnes de la communauté LGBTQ+ ont besoin du support des personnes cis et hétéros.


Sur ce, je termine en envoyant tout mon amour aux femmes noires, autochtones et de couleur qui vivent l’intersection du racisme et du sexisme d’une façon que je ne peux même pas imaginer. Je vous admire pour votre force et votre résilience. Love & Rage.

 

Partagez sur vos réseaux sociaux. Et rejoignez-moi sur les miens!

Instagram : @leotreps

Tik Tok : @leotreps

 

Sources :

Vidéo Tik Tok sur le 97%

Study : Prevalence and reporting of sexual harassment in UK public spaces


185 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout