• Flavie

Les Origines de la Fierté

Le mois de juin est le mois de la Fierté LGBTQIA2S+, souvent plus connu comme le mois de la Fierté Gaie. Il s'agit d'un mois de célébrations des victoires obtenues et de combat contre les injustices qui se produisent encore à travers le monde. Et tous les moments sont bons pour s'éduquer sur les enjeux d'actualité, mais le mois de la Fierté apporte souvent également plusieurs ressources et informations pour instruire la population. Aujourd'hui, je vous offre une information souvent inconnue même au sein de la communauté: les origines du mois de la Fierté.


Dans les années 1960 aux États-Unis, mais aussi ailleurs dans le monde, plusieurs mouvements font leur apparition. La naissance de la contre-culture, de la culture hippie et l'opposition à la guerre du Viêt Nam sont une force majeure, et le mouvement américain des droits civiques est encore d'actualité, près d'un siècle après la Guerre de Sécession et l'abolition de l'esclavage. On aspire à la paix et on veut faire respecter nos droits.

Peu d'établissements acceptaient les homosexuel.les dans les années 1950 et 1960. Les gais et les lesbiennes sont perçus comme des criminel.les, sous le prétexte qu'iels ne sont pas des gens émotionnellement stables et qu'iels sont des perverts; ce sont des malades mentaux et des déviants; on les renvoie de leurs emplois, le FBI et la police conservent des listes des ''homosexuel.les connu.e.s'' ainsi que de leurs établissements préférés et leur adresse. Les bars gais, généralement clandestins et dirigés par la Mafia, sont fermés et la clientèle est arrêtée et affichée dans les journaux. Des raids sont effectués fréquemment pour arrêter le plus grand nombre de gens possible.


Suite à ces évènements, deux groupes se forment, la Mattachine Society et les Daughters of Bilitis, dans le but de contrer l'homophobie et faire valoir les droits des homosexuel.les. Les personnes transgenres se font, à ce moment-là aussi, beaucoup plus visibles et vocaux. Ce serait d'ailleurs les premiers pas de l'activisme transgenre. Plusieurs manifestations et émeutes ont lieu pour faire éradiquer la discrimination selon l'orientation sexuelle, le genre, la race et la classe sociale.


Le 28 juin 1969 à 01h20 du matin, huit policiers et officiers de la loi se présentent au Stonewall Inn, au village de Greenwich. La procédure standard voulaient que des policières emmènent les clients habillés de façon féminine aux toilettes et leur demandent de se déshabiller pour vérifier leurs organes génitaux. Les clients identifiés comme ''mâles'' étaient alors arrêtés. Cependant, les clients refusèrent de se conformer aux demandes des policiers; iels ne suivirent pas les policières aux toilettes et refusèrent de montrer leurs papiers d'identification. Plusieurs furent arrêté.es, mais les clients libres de partir ne sont pas retourné.es chez eux. Iels sont resté.es sur place, défiant les policiers et attirant le regard du public. Des centaines de personnes se sont amassées, enragées, devant les portes de l'auberge. La situation était très tendue et une émeute a rapidement éclaté. Des pièces de monnaie, des bouteilles de bière et des roches sont lancées aux policiers qui continuent d'arrêter les clients. Des briques et des poubelles sont également lancées en direction du Stonewall Inn, brisant les fenêtres, et des déchets sont enflammés puis jetés dans l'établissement. Aux alentours de 04h00, les policiers repartent avec 13 personnes qu'ils ont arrêtées.

Le lendemain, des graffitis sont apparus sur l'auberge brûlée. ''Drag power'' et ''Support gay power'' font partie des messages puissants laissés sur l'établissement. À la nuit tombée, l'émeute reprend de plus belle. Cette fois, ce sont des milliers de personnes qui sont prêtes à vaincre. Au-delà de la violence, on voit aussi cette fois beaucoup d'amour: on s'embrasse et on démontre publiquement notre affection.


À l'avant-garde de l'émeute, la drag queen afro-américaine Marsha P. Johnson grimpe un poteau électrique et laisse tomber un sac lourd, probablement rempli de briques, et détruit complètement le pare-brise d'une voiture de police. Avec l'aide de Zazu Nova (transgenre et travailleuse du sexe) et Jackie Hormona (travailleur du sexe), elle devient l'une des figures de proue des émeutes de Stonewall. Immédiatement après les émeutes de Stonewall, le Gay Liberation Front est fondé ainsi qu'une quotidien appelé simplement Gay, dans le but de continuer la sensibilisation à la cause.


Le 28 juin 1970, un an après les émeutes, un rassemblement est organisé pour en marquer l'anniversaire: c'est la première marche de la Fierté Gaie. Dans les années qui suivirent, des groupes activistes pour les droits des homosexuels sont maintenant présents dans les grandes villes américaines, canadiennes, australiennes et en Europe de l'Ouest.


Bien que l'orientation sexuelle, l'identité de genre, la race et la classe sociale aient continué d'être des obstacles, on continue de faire des avancées à chaque année. Le premier état américain à légaliser le mariage homosexuel sera le Massachusetts le 17 mai 2004. Le 26 juin 2015, le mariage homosexuel est légalisé dans tous les états américains. Au Canada, l'Ontario et la Colombie-Britannique sont devenus les premières provinces à le légaliser en 2003, et la Loi fédérale sur le mariage civil rend le mariage homosexuel légal dans tout le pays le 25 juillet 2005.


Encore aujourd'hui, les émeutes de Stonewall demeurent l'un des événements les plus marquants pour la communauté homosexuelle. Le mois de la Fierté s'étend désormais à l'ensemble de la communauté LGBTQIA2S+ et continue de porter un message d'espoir, de paix et d'amour.

En ce mois de juin, faites voler vos drapeaux! Faites entendre votre voix! Et célébrez votre identité! Bon mois de la Fierté!

34 vues0 commentaire