Dissocier entrainement et perte de poids; la vie après un TCA

Dernière mise à jour : 23 févr. 2021

Tout au long du mois de février, Le Porte-Voix récolte des dons pour ANEB (Anorexie et Boulimie Québec).


Ahhh l’entrainement. L’affaire que tout le monde veut donc faire, l’affaire que tout le monde a donc de la difficulté à intégrer, l’affaire qu’on doit faire parce qu’il faut donc être en forme et perdre du poids...


Objectif : Perte de poids


Dans notre société, l’entrainement est vu comme un supplice, une corvée, une punition pour ce que nous mangeons. L’entrainement est vu de manière ‘positive’ seulement si on perd du poids ou si on veut perdre du poids. On associe un corps gros + entrainement = perte de poids.


Quand les gens me demandent : pourquoi tu t’entraines? … et que je leur réponds que c’est pour le plaisir, pour le bien-être et parce que j’aime ça… On me regarde bizarrement. Et on me dit : Pour perdre du poids, j’imagine.


Well… Non.


Trop longtemps, l’entrainement a fait partie de ma vie pour perdre du poids. C’était un moyen de contrôler mon image, de me punir et de compenser ce que je mangeais. Un moyen de calcul obsessif. Un moyen comme un autre dont mon trouble du comportement alimentaire (TCA) se servait pour me contrôler.


Le processus de guérison


Mon cher TCA, j'ai réussi à le comprendre, à l'apprivoiser et à le confronter. Mais ça, je ne l'ai pas fait seule. Ma psychologue, qui est spécialisée en trouble du comportement alimentaire, a fait la très grande différence dans mon parcours. Mes nutritionnistes en alimentation intuitive ont pu m'apporté des connaissances pour pouvoir travailler sur moi .


Chaque semaine, j'allais m'assoir dans la chaise de ma psychologue. Chaque 2 semaines, je discutais virtuellement avec ma nutritionniste. Ça a pris 2 ans pour enfin dire : Je suis guérie.


Je continue mes thérapies encore maintenant, parce que je me sens évoluée en tant qu'humaine, je me comprends mieux et je travaille sur moi, sur autre chose que mon TCA.


Changer sa vision de l'entraînement


Durant mon processus de rétablissement de mon cher TCA, j’ai dû changer ma vision de l’entrainement. J’ai pris du temps pour comprendre pourquoi je le faisais et identifier les bonnes raisons. Est-ce que je le faisais seulement pour contrôler mon corps? Est-ce que j’aime vraiment m’entrainer, même après avoir compris que je dois laisser mon corps être ce qu’il veut? Qu’est-ce que ça m’apporte, une fois que je n’ai plus de changement corporel? Est-ce que j’en retire des bénéfices? Quel en est l’objectif?


Ce sont toutes des questions qu’on doit se poser et y réfléchir… C’est difficile.


La journée où j’ai dû retirer ma montre de sport, je pensais que ce serait facile, mais j’ai frappé un mur. J’étais encore accro à ces graphiques, à ces chiffres et ces unités de mesure qui m'indiquaient si j’avais fait un bon entrainement ou pas. J’ai réalisé à quel point ma relation avec l’entrainement était encore problématique! J’avais de la difficulté à vraiment voir les bienfaits sans ce petit outil. Jour après jour, j’ai essayé des manières différentes de bouger, des manières de m’entrainer pour voir RÉELLEMENT ce que j’aimais!


Miser sur le plaisir


C’est ancré en nous, cette association de l’entrainement et la perte de poids. Il faut déprogrammer nos pensées et dissocier le lien que l’on en fait. En plus de devoir changer sa façon de penser, il faut en plus, l’expliquer aux autres.


Et si on se disait qu’on peut évoluer à notre rythme? Et si on se disait que bouger peut prendre la forme que l’on veut bien aimer? Tu aimes danser? Go. Tu aimes courir? Go. Tu aimes aller skier? Go. Tu aimes marcher au coucher du soleil? Go.

Tu n’es pas obligé de faire des entrainements haute intensité si tu n’aimes pas ça. Tu n’es pas obligé d’aller au gym si tu n’aimes pas ça. Tu n’es pas obligé de courir sur un tapis roulant si tu n’aimes pas ça.


Tu dois trouver des moyens qui te font du bien pour être actif au quotidien. C’est tout. Tu vas retirer beaucoup plus de bénéfices si tu as du plaisir dans ce que tu fais que si tu es obligé de le faire ou si tu le fais seulement pour changer ton corps.


 

Je t'invite à me suivre sur mon instagram : @jessbrod_fit

Je partage mon quotidien, ma vie de famille, mon humour parfois douteux mais aussi des réflexions et ce que je vis à travers l'amour et l'acceptation de soi, ainsi que mon histoire avec les troubles alimentaires.

56 vues0 commentaire